1993
Deux frères inconnus, un producteur ambitieux




Andy et Larry Wachowski

"La chose la plus dure au départ était de montrer aux gens à quel point ces deux garcons étaient géniaux. Ils étaient fantastiques mais complètement inconnus," Lawrence Mattis, manager des frères Wachowski.
Andy et Larry sont respectivement nés en 65 et 67 à Chicago illinois, d'un père business man et d'une mère infirmière. Ils abandonnent rapidement leurs études pour se consacrer à leurs passion, l'écriture. Ils travaillent pour l'entrepise familiale de charpente pendant un temps puis intègre l'équipe marvel pour laquelle ils publient Ectokid.
Les rares informations officielles circulant à leurs sujets parlent de deux frères travaillant ensemble depuis trente ans sans autre information..

Ectokid, assassins Une période d'intense écriture

Les premières traces des manuscrits de Matrix nous ramènent en 1993...
Cette année là, les frères travaillent sur un comic "Ektokid" Cette collaboration a rassembler les frères et l'artiste Steve Skorce, qui les aidera par la suite a visualiser le script à travers un storyboard. Mais avant tout Ectokid était le début d'une période d'écriture intense qui aboutira ultimement à The Matrix...
La même année ils ont fini d'écrire le script d' "Assassins" qui a été vendu à Warner Bros et qui marquera le début de leur collaboration avec le producteur de Matrix..

Joel Silver Le renouveau d'une carrière

Il aura suffit d'un homme, Joel Silver, pour que le projet aboutisse. Ce producteur, véritable nabab du film d'action était sur une pente qui le menait tout doucement vers l'oubli. Ses dernières productions (Romeo Must Die, The House on Haunted Hill) avaient été des échecs retentissants, tant artistiques que financiers.
A la lecture du script de Matrix, l'homme sent le chef-d'œuvre à portée de main et décide de fournir aux deux frères toute l'aide dont ils ont besoin.






Larry Andy




Ectokid Comics





Joel Silver




1994
Une histoire riche et complexe mais difficile à vendre




L'ecriture du film les inspirations de la matrice

"Assassins" permit aux frères de signer un contrat de trois scripts pour Warner Bros, leur permettant ainsi de finir le script de leur aventure sci-fi. "Un de nos amis nous avait demandé de trouver un concept pour un nouveau comic" raconte Andy Wachowski. "Nous aimons les films de kung fu" rajoute Larry. "Nous aimons la japanimation, les films de John Woo" nous dit Andy. "Et les oeuvres de Philip K. Dick qui parle de science fiction et de la nature de la réalité" continue Larry.
Quand il s'agit de savoir ce qui les a attiré à la littérature cyberpunk, Larry répond, "Ce qui est intéressant avec le concept de la cyberpunk c'est que c'est une très bonne facon de créer un sens d'aliénation, de déconnexion, de mondes alternatifs tout en restant coincé dans un état de semi-conscience et de semi-rève".

Les Wachowski ont terminé le script de Matrix à la fin de l'année 1993 et l'ont donné à Lawrence Mattis afin qu'il le vende alors que "Assassins" était en pré-production.



Un allié de taille chez Warner Bros

"Tout le monde voulait ce script" se rappelle Mattis. "Cela devenait fou car tout le monde appellait et disait, "Nous voulons le script des Wachowski", les gens m'envoyaient des pots de vins ou des menaces, ils faisaient n'importent quoi pour obtenir ce script. Alors nous avons décidé de le montrer, mais tout le monde a fait l'impasse sur The Matrix. Personnes ne voulait le faire; personne ne comprenait l'histoire; tout le monde en avait peur."

Dans la petite liste de personnes qui croyaient en ce projet il y avait le président de Warner Bros., Lorenzo Di Bonaventura. "Je ne crois pas qu'on a souvent l'opportunité de lire quelque chose et de se dire "Ca peut réellement avoir un impact sur la façon dont les gens voient un certain genre de film. Je pense que les gens vont l'imiter" nous dit Bonaventura. "Quand Lorenzo a lu ce script" dit Mattis, "il a dit 'Ah oui, j'ai compris car je sais d'où viennent ces garcons et je sais ce qu'ils vont pouvoir en tirer" Et bien-sûr Lorenzo avait raison. Le script de The Matrix a été vendu pour environ un million de dollars, mais peu après la vente, le studio ne savait pas exactement ce qu'il avait sous la main, d'autant plus que les frères avaient livré non pas un film, mais une trilogie intégrale aussi complexe que détaillée. Après la triste sort réservé au script d'assassins que les frères n'ont pas voulu signer...Ils voulaient la réalisation de "Matrix" Les studios n'étaient pas chaud et souhaitait le confier à un réalisateur expérimenté, mais devant l'étendu du projet, chacun allait faire des concessions.




Cyberpunk
définition

John Woo
Hong-Kong cinéma

K.Dick
Substance vie

Baudrillard
décode Matrix





"Je pense que les gens vont l'imiter.."
Di Bonaventura CEO W.Bros

 


1995
Les deux premières versions



Version originale Version révisée

La première version, qui fut vendu à la Warner, fut probablement écrite vers la fin de l'année 93. Elle est connue sous le nom de "version originale". La seconde version, retravaillée en 1994 est appellé "version révisée"
Sans modification majeure dans le sens même de l'histoire ces versions font apparaitre des éléments qui nous laisse penser que l'intrigue se dévoilait de façon plus abrupte rendant l'histoire beaucoup plus perturbante pour le public...


C.Screenwirting


Article Juin 2003




1996
Andy et Larry au banc d'essai avec "Bound"



Un Premier Film remarqué

Pas facile de vendre un film sans star de catégorie A, avec un budget relativement élevé, qui doit être en salles l'année de Star Wars, utilisant des effets spéciaux inédits et peut-être infaisables. Sans compter que les acteurs devront faire leurs propres cascades. Inquiet sur l'abilité des frères à diriger un projet d'une telle envergure. Après l'echec d' assassins, le scénario écrit par les frères, le studio souhaite les voir derrière la caméra.

C'est en réalisant Bound petit film indépendant financé par Dino de laurentiis qu'Andy et larry installe leur réputation dans le milieu de la réalisation. Sujet difficile traitant d'une romance homosexuelle dans le monde macho de la mafia, le film est intelligent et parfaitement maitrisé dans lequel on découvre leurs fascination pour les années 80, les lunettes noires et les vêtements en cuir. Il rencontre également Joe Pantaliano qui deviendra par la suite un des personnages clé de Matrix.

Gros succés critique, récompensé au festival de deauville, on attend avec impatience après ce coup d'essai, leurs coup de maitre...
Warner est rassuré sur la maitrise des frères et démarre la production de Matrix avec Joel Silver aux commandes, dans le rôle de Producteur executif doté d'un budget honnête de 65 millions de dollars.





Bande annonce
Bound.ch


Joe Pantoliano
Cast




1998
Demarrage de la production



Find The One

NEO
Warner Bros voulait une tête d'affiche pour attirer les foules dans cette aventure, dont la complexité necessitait un moteur pour le Box Office. les frères tentent leur chance auprès de Léonardo Di Caprio, Will Smith ou encore Brad Pitt. Non sans leur soumettre leurs exigences. Il leur faut absolument sentir que l'acteur a bien saisi le concept du film et qu'il soit prêt à s'investir au maximum. Et notamment à subir un entraînement intensif de quatre mois avant même le premier jour de tournage, puisqu'il devra assurer lui-même toutes les cascades. Au vu de ces contraintes, les stars ne se bousculent pas au portillon, on s'en doute ! C'est alors qu'Andy et Larry rencontrent Keanu Reeves.

"Lorsque nous avons rencontré Keanu, il était clair qu'il aimait le script et en avait parfaitement saisi l'esprit. Nous parlions le même langage. Keanu a un physique juvénile, qui cadre bien avec son rôle, mais également une maturité qui rend crédible l'évolution de son personnage et sa victoire finale"
Les frères ont le coup de foudre d'autant plus qu'ils l'avait vu dans Johnny Memonic dans lequel Reeves avait un rôle assez semblable et prophétique. malgré sa faible côte et devant les cadres de la Warner inquiets, ils imposent l'acteur.


Les autres personnages clés

MORPHEUS
Après avoir essuyé le refus de val kilmer pour le rôle, l'autre choix des frères Wachoski fut celui de Laurence Fishburne, sa présence scénique, son aspect autoritaire et froid, sa condition physique idéale faisait de lui un Morpheus pafait en vue des nombreuses scènes d'action du film.


TRINITY
Pour Trinity, les deux réalisateurs auditionnèrent un grand nombre d’actrices avant de découvrir en Carrie-Anne Moss, celle qui répondait le mieux à leur attentes : "Nous recherchions un visage nouveau n’éveillant aucune idée préconçue chez le spectateur sur ces intentions belliqueuses ou amicales. Carrie-Anne a un jeu très intense et une remarquable présence physique. Sans être une lutteuse professionnelle, elle donne aussi l’impression de savoir se battre.
"J’avais pris un grand plaisir en voyant "BOUND" et j’étais avide de travailler avec ses auteurs sur ce personnage fort, prêt à tout pour mener à bien sa mission. Trinity est une vraie guerrière, mais elle est capable d’amour et de compassion. Ce contraste m’intéressant. En outre, elle porte des tenues géniales !"

AGENT SMITH
Larry et Andy Wachowski avaient été impressionnés par le travail de l’acteur australien Hugo Weaving le film Priscilla, la folle du désert. Ils choisirent pour lui le rôle du terrible Agent Smith.
"C'était un emploi et un univers fort différents de mes films précédents, mais j'avais envie de travailler avec Andy et Larry dont j'admire les qualités d'écrivains et de réalisateurs. L'agent Smith représente pour un acteur un authentique challenge
"

Des effets speciaux revolutionnaires

En matière d'effets spéciaux, les frangins Wachowski sont particulièrement exigeants : ils veulent dans une même scène, voir bondir le héros dans les airs, puis à l'apogée de la virevoltante figure, le voir donner un coup de pied hyper-spped puis retomber au sol comme une feuille morte au ralenti. Le tout sans coupure, avec une caméra en rotation à 360 ° autour du personnage!

La société Manex Visual Effects, avec à sa tête John Gaeta, est engagée. L'homme a déja tournée avec les plus grands comme Douglas Trumbull (2001, l'odyssée de l'espace), pourtant l'épreuve est difficile : les frangins veulent des ralentis à 600 images/seconde ce qui implique des mouvements de caméra 25 fois plus rapide que la normale, soit pour certains plans des parcours de 30 mètres devant être réalisés en 3/10ème de seconde! Gaeta relève le défi et va inventer pour les frères le légendaire "Bullet Time"

Un maitre venu d'asie martyrise les acteurs

Connaissant la passion des frères pour le cinema de hong kong. Joel Silver s'attache les services du maitre en la matière Yuen Woo Ping.
Le virtuose accepte le projet avec enthousiasme considerant que les occasions d'imposer les arts martiaux dans une telle production son rare.
Un entrainement intense commence... Il enverra plusieurs fois à l'hopital Hugo weaving et inquietera grandement la production sur l'avancé du tournage.









Will Smith
Refuse Neo
pour Men in Black



Di Caprio
Refuse Neo
pour Titanic




Brad Pitt
Refuse Neo
pour the devil's own




Val Kilmer
Refuse Morpheus
pour the saint

 

 


Manex VFX

 



Yuen Woo Ping



1999
La matrice déferle sur la planète






Village roadshow












Warner Bros limite les frais

Lors de sa sortie en mars 1999 aux Etats-Unis, Time Warner, au dernier moment, panique et décide de partagé les coûts du film, et donc ses éventuels bénéfices, avec une maison de production australienne, Village Roadshow. Sur le marché au même moment Star Wars épisode 1, un poid lourd incontournable qui laisse penser aux producteurs que le public délaissera son film compliqué de science fiction pour les aventures du jeune darth vador.

Une rentabilité assurée

Il n'en fût rien et même si Matrix ne peut rivaliser avec le poids lourd de l'été 99, il réussie le tour de force de récolter 450 millions de dollars de recette mondiales sur un marché morose, pour un investissement initial de 65 millions de dollars.
La véritable consécration du film et l'envol du phénomène ne viendront que plus tard lorsque le DVD du film battra le record de vente en écoulant en quelques mois 25 millions de copies à travers le monde.


Il est le film de l'année 99, par son style visuel, qui emprunte autant aux mangas qu'au jeu vidéo, tout en utilisant des effets spéciaux inédits. Il dépasse tous les autres par sa cohérence artistique, ses tons noirs et acier, épurés et numériques, ce coté futuriste et années 50.

La "matrice" a rallié à elle toute une tranche d'âge nourrie aux nouvelles technologies. Son univers, où réalité et virtualité se confondent, emprunte à toutes les grandes idées de la science-fiction du XXe siècle.









 




 Classement I-1
THE MATRIX