HO LA !
INTERVIEW LAMBERT WILSON



Lambert Wilson dans HO LA !

L'acteur français explique comment il a été choisi pour interpréter le personnage du Mérovingien, énigmatique "maitre du monde" des deux suites de la trilogie matrix.

Lambert Wilson est sorti de son « nid parisien » pour tourner à Sydney la suite de Matrix.
« Sydney est une ville fantastique. Les conditions de tournage sont exceptionnelles », nous confie-t-il.
Choisi pour incarner le maître du monde dans le deuxième volet de Matrix, magistral opus des frères Larry et Andy Wachowski, Lambert Wilson nous a accordé une interview exclusive lors du tournage en Australie, L’acteur français nous raconte comment il a été choisi pour participer à cette super-production hollywoodienne. “Les metteurs en scène cherchaient avant tout un comédien français pour interpréter ce rôle. J’ai passé le casting à Paris et fait des essais sur une scène en anglais, qui ont été envoyés à Los Angeles. Ce bout d’essai ayant plu, je suis parti pour Los Angeles, où j’ai repassé la scène et travaillé vingt minutes avec les frères Wachowski.

Etre pris sur un film tel que celui-ci était quelque chose que je souhaitais depuis très longtemps.” Il espère que sa prestation dans le film donnera une nouvelle dimension à sa carrière. “Je suis quelqu’un de positif, mais je ne m’attends pas, après Matrix, à un coup de baguette magique concernant la manière dont le cinéma français peut me percevoir. En revanche, cette expérience va me permettre de m'intéresser dorénavant aux projets américains ou anglo-saxons.” Lambert Wilson nous parle de ses projets professionnels et notamment de son envie de s’attaquer à la mise-en-scène. Lucide, il évoque avec sincérité la façon dont il est perçu dans le monde du cinéma et par le public. “Je dois avouer que j’ai un complexe physique, donc je ne parviens pas à comprendre ou à soupeser objectivement l’effet que peut avoir mon physique sur les choses.
En revanche, il est vrai que mon nom et le fait que mon père est lui-même quelqu’un d’assez atypique et de solitaire ont peut-être créé une distance… voire faussé les choses dans certains cas.” Il nous dévoile également ses plus grands regrets. “De n’avoir pas compris assez tôt quels étaient mes défauts, mes talents. De ne pas avoir eu avant plus de lucidité sur la façon dont fonctionne ce métier. Et surtout d’avoir vécu dans une sorte de flou artistique par rapport à mes envies.”





HO LA !
INTERVIEW LAMBERT WILSON